Ecosystème et paysage culturel relique de Lopé-Okanda

Gabon
Inscribed in
2007
Criteria
(iii)
(iv)
(ix)
(x)
Designation
IBA

Résumé

2017 Conservation Outlook

Finalised on
09 nov 2017
Bonnes avec quelques préoccupations
Il n'y a pas de menace de très haut niveau sur le site mais plutôt un ensemble de menaces de haut niveau (braconnage, chasse de subsistance, activités forestières illégales, concessions forestières non pourvues de plan de gestion en périphérie).Les moyens financiers et humains sont nettement insuffisants pour gérer un site de cette taille. Le caractère mixte du site implique une formation du personnel étendue à des disciplines très variées: malgré un effort soutenu de la coopération internationale la formation reste insuffisante. Les relations avec la population résidente dans le site ou voisine de celui-ci sont difficiles car plusieurs points sont mal définis (zone tampon, enclaves villageoises, participation, protection contre les dégâts e la faune sauvage sur les récoltes). Les valeurs sont encore présentes avec une légère dégradation de tendance stable, mais le suivi des valeurs du site ne semble pas assuré de façon générale.

* For mixed sites Conservation Outlook Assessments only evaluate the natural values of these sites (criteria vii, viii, ix and x) and the overall assessment reflects the potential of a site to preserve its natural values over time.

Current state and trend of VALUES

Low Concern
Trend
Data Deficient
Plusieurs facteurs menacent les valeurs naturelles du site à l'intérieur (braconnage, chasse de subsistance, sciage illégal, tensons avec les enclaves villageoises, route, espèces envahissantes) et à l'extérieur (construction d'une nouvelle ligne de chemin de fer, concessions forestières sans plan de gestion). Les valeurs sont encore présentes avec une légère dégradation de tendance stable. Le plan de gestion élaboré prend en compte les différentes menaces auxquelles le parc est soumis. Il prévoit aussi des mesures priorisées, suivant le niveau de la menace, visant à atténuer les menaces et participer à la conservation des valeurs du parc. Le plan court de 2013 à 2017.

Overall THREATS

High Threat
Le braconnage constitue une menace importante pour la faune du site. La chasse commerciale s’est accrue avec l’ouverture des nouvelles routes forestières qui facilitent l’accès vers des blocs forestiers préalablement intacts. Cette chasse concerne tous les taxa (éléphants pour les ivoires, buffle, gorilles, chimpanzés, céphalophes, potamochères etc.). Les concessions forestières qui constituent l'essentiel de la zone tampon du site sont pour la plupart sans plan de gestion. Mais l’activité forestière s’est ralentie ces deux dernières années du fait du ralentissement de la demande mondiale et de la mesure d’interdiction d’exportation des grumes. La construction d'une nouvelle ligne de chemin de fer pourrait avoir des conséquences indirectes sur la conservation du site (augmentation de la pression démographique, facilitation du braconnage, fragmentation des milieux à l'extérieur du site). En ce qui concerne le projet de route Lastourville/ Mikouyi, en 2016 les autorités gabonaises ont pris la décision de faire dévier lla route, qui devait passer par la Lopé, au profit d’un axe routier longeant la zone tampon orientale du bien.

Overall PROTECTION and MANAGEMENT

Some Concern
Le fonctionnement du parc repose essentiellement sur les programmes internationaux. Un Plan de gestion a été préparé pour la période 2013-2017. Le plan a été réalisé dans le cadre du Projet PAGOS (financement de l'Union Européenne), réactualisé par l'ANPN et validé par le comité de gestion. L’intervention des partenaires internationaux devra être guidée par ce plan. Pour assurer efficacement la surveillance à l’intérieur du parc ou dans sa zone périphérique, le personnel actuellement en poste est nettement insuffisant pour couvrir près de 500000 ha de superficie. Le recrutement avec l’appui de l’Union européenne des 40 gardes supplémenataires sur la période 2017/2018 va contribuer à l’augmentation du nombre de patrouilles et au renforcement de la gestion du bien.

Full assessment

Click the + and - signs to expand or collapse full accounts of information under each topic. You can also view the entire list of information by clicking Expand all on the top left.

Finalised on
09 nov 2017

Description of values

Interface inhabituelle entre des milieux de savane et de forêt

Criterion
(ix)
Le bien proposé présente une interface inhabituelle entre des milieux de savane et de forêt, ainsi qu'un témoignage très important de processus d'évolution sous forme d'adaptation des espèces et des habitats à des changements climatiques post-glaciaires. La diversité des espèces et des habitats que l'on y trouve est le résultat de processus naturels ainsi que de l'interaction à long terme entre l'homme et la nature. (SoOUV, 2007)

Zone d'intérêt exceptionnel pour la flore des forêts ombrophiles du Congo

Criterion
(x)
La diversité des habitats et les relations complexes entre les écosystèmes de forêt et de savane ont donné une diversité biologique élevée, en particulier floristique, qui fait du bien l'une des zones les plus exceptionnelles du point de vue de la diversité et de la complexité de la flore dans la Province biogéographique des forêts ombrophiles du Congo. Plus de 1 550 espèces de plantes ont été décrites, parmi lesquelles 40 n'avaient jamais encore été recensées au Gabon et l'on pense que, lorsque les recensements et les travaux de recherche sur la flore seront terminés, le nombre de plantes pourrait atteindre 3 000. (SoOUV, 2007)

Espèces menacées

Criterion
(x)
Les espèces menacées de grands mammifères trouvent davantage un dernier refuge à Lopé-Okanda que dans toute autre zone comparable de forêts pluviales de la Province biogéographique des forêts ombrophiles du Congo (SoOUV, 2007). Une des plus grandes concentrations des primates en milieu naturel au monde (plus de 1000 individus). (Abernethy & al 1997 ; White 2007. Le Parc National du Gabon présentant la densité la plus élevée de grands singes (2.2/km²). (Bezangoye & al 2009 ; Maisels & al 2006 ; White 1994 ; Tutin & Fernandez 1984). Seules populations significatives de cercopithèque à queue de soleil dans une aire protégée. Il existe des données de la zone occupé par cette espèce, mais aucune sur les populations.(Harrisson 1988 ; Coad & al 2010). La densité d’éléphants de forêt à marantaceae au nord est saisonnièrement parmi les plus élevées du monde (1.5/km²). (Bezangoye & al 2009 ; Maisels & al 2006 ; White 1994)

Assessment information

High Threat
Le braconnage constitue une menace importante pour la faune du site. La chasse commerciale s’est accrue avec l’ouverture des nouvelles routes forestières qui facilitent l’accès vers des blocs forestiers préalablement intacts. Cette chasse concerne tous les taxa (éléphants pour les ivoires, buffle, gorilles, chimpanzés, céphalophes, potamochères etc.). Les concessions forestières qui constituent l'essentiel de la zone tampon du site sont pour la plupart sans plan de gestion. Mais l’activité forestière s’est ralentie ces deux dernières années du fait du ralentissement de la demande mondiale et de la mesure d’interdiction d’exportation des grumes.
Hunting (commercial/subsistence),
Poaching
Low Threat
Inside site
, Scattered(5-15%)
Outside site
Pratiquée du fait de leur droit d’usage coutumier par les habitants de la périphérie du site, elle a peu d'impact mais concourt à l'appauvrissement de la faune (Gabon, 2012). En absence d’alternative durable à une vie de subsistance certaines populations se livrent aussi au braconnage ou facilitent l’accès aux ressources du parc à des personnes extérieures (UNESCO/ICOMOS/IUCN, 2015).
Logging/ Wood Harvesting
Low Threat
Inside site
Cette activité est menée dans certains villages mais aussi par des
opérateurs économiques qui ne possèdent aucune autorisation légale. Elle met ainsi en péril les ressources ligneuses du site, et au-delà les autres valeurs. (ECOFAC/RAPAC/WCS, 2009).
Poaching
High Threat
Inside site
, Scattered(5-15%)
Outside site
La chasse illégale favorisée par la voie ferrée et l’exploitation forestière à l’ouest permet d'exporter facilement la viande hors du site avec diverses complicités. Cette chasse concerne tous les taxa (éléphants pour les ivoires, buffle, gorilles, chimpanzés, céphalophes, potamochères etc.) (Gabon/CNPN, 2006) (Gabon, 2007) La chasse commerciale pour la viande brousse est pratiquée principalement par des commanditaires venant des pays limitrophes du Gabon et installés dans des villages comme Ayem ou Otoumbi. La chasse commerciale s’est accrue avec l’ouverture des nouvelles routes forestières qui facilitent l’accès vers des blocs forestiers préalablement intacts. Le braconnage d’éléphant et le trafic d’ivoire dont les principaux foyers se situent autour des villages d’Ayem, Otoumbi et Mikongo, la chasse illégale à l’intérieur et à la périphérie du parc demeurent la principale menace qui pèse sur les ressources fauniques (UNESCO/ICOMOS/IUCN, 2015).
Roads/ Railroads
High Threat
Inside site
, Localised(<5%)
Chaque année, l’équipe de surveillance du parc national enregistre en moyenne 5 cas de morts accidentelles d’éléphants et/ou de buffles liés au croisement de ces derniers avec le train. Les gestionnaires du parc préconisent un partenariat avec l’opérateur ferroviaire, SETRAG, pour assurer des missions de police et de prévention des accidents de train sur la faune sauvage (UNESCO/ICOMOS/IUCN, 2015).
Utility / Service Lines
High Threat
Inside site
, Localised(<5%)
Dans le cadre de son plan stratégique Gabon émergent, le gouvernement gabonais a engagé la réalisation d'une ligne de fibre optique reliant, sur 900 km, Libreville à Franceville, en longeant la voie ferrée du transgabonais. Le projet traverse le parc national sur une centaine de km, sur sa bordure nord, au sud de l'Ogooué. En matière de préservation des paysages et de la flore, le choix de construire le réseau dans l'emprise de la voie ferrée est un choix de moindre impact. Mais C'est certainement en matière de préservation de la faune que les risques d'impact sont les plus importants. le principal risque mis en évidence par l’étude d’impact est celui de l'amplification du braconnage commercial, du fait de la réalisation sur le site d'une base pour le personnel et le matériel de chantier. Pour lutter contre cette menace, il est prévu que le projet de fibre optique finance le recrutement de quatre écogardes supplémentaires qui viendront appuyer le personnel de l'ANPN dans ses missions de surveillance et de contrôle (UNESCO/ICOMOS/IUCN, 2015).
Forestry/ Wood production
High Threat
Outside site
Dans les années 1980, des concessions dans la réserve de l'époque ont été données sauf au sud. Elles ont ouvert des pistes et des routes. Les concessions forestières correspondent à 50% de la zone tampon mais seule la moitié des concessions avaient un plan de gestion approuvé en 2010 et aucune n'était certifiée. (Gabon, 2007) (ICOMOS/UICN, 2007) (WCS, 2010) Depuis deux ans, l’ANPN a amené les forestiers de la périphérie à avoir des plans de gestion et une surveillance de leur activité s’est accrue. Ainsi, 75% des concessions ont un plan de gestion (REF). l’activité forestière s’est ralentie ces deux dernières années du fait du ralentissement de la demande mondiale et de la mesure d’interdiction d’exportation des grumes (UNESCO/ICOMOS/IUCN, 2015).
Low Threat
La construction d'une nouvelle ligne de chemin de fer pourrait avoir des conséquences indirectes sur la conservation du site (augmentation de la pression démographique, facilitation du braconnage, fragmentation des milieux à l'extérieur du site). En ce qui concerne le projet de route Lastourville/ Mikouyi, en 2016 les autorités gabonaises ont pris la décision de faire dévier lla route, qui devait passer par la Lopé, au profit d’un axe routier longeant la zone tampon orientale du bien.
Habitat Shifting/ Alteration
Low Threat
Inside site
Outside site
Les mosaïques de savane tendent à décroître au profit de la forêt; une modification de la pluviométrie favoriserait soit le développement des savanes soit celui des forêts sempervirentes. (Gabon, 2007)
Invasive Non-Native/ Alien Species
High Threat
Inside site
Le long des pistes ouvertes anciennement pour l'exploitation forestière, une espèce animale, Wassmannia auropunctata, serait en extension depuis 40 ans, date de son arrivée au Cameroun et au Gabon. (Gabon, 2007)
Roads/ Railroads
High Threat
Inside site
Outside site
Ce projet d’envergure, au nord du site Lopé-Okanda, est en arrêt. Il rentre dans la cadre de l’exploitation du gisement de fer de Belinga situé au nord-est du Gabon. Il prolongera la ligne Libreville-Booué (proximité immédiate avec le site) vers Belinga et augmentera de façon considérable le trafic sur cette ligne. (ECOFAC/RAPAC/WCS, 2009).
Roads/ Railroads
Low Threat
Outside site
En 2016 les autorités gabonaises ont pris la décision de faire dévier le projet de route Lastourville/ Mikouyi, qui devait passer par la Lopé, au profit d’un axe routier longeant la zone tampon orientale du bien (UNESCO, 2017).
Le braconnage constitue une menace importante pour la faune du site. La chasse commerciale s’est accrue avec l’ouverture des nouvelles routes forestières qui facilitent l’accès vers des blocs forestiers préalablement intacts. Cette chasse concerne tous les taxa (éléphants pour les ivoires, buffle, gorilles, chimpanzés, céphalophes, potamochères etc.). Les concessions forestières qui constituent l'essentiel de la zone tampon du site sont pour la plupart sans plan de gestion. Mais l’activité forestière s’est ralentie ces deux dernières années du fait du ralentissement de la demande mondiale et de la mesure d’interdiction d’exportation des grumes. La construction d'une nouvelle ligne de chemin de fer pourrait avoir des conséquences indirectes sur la conservation du site (augmentation de la pression démographique, facilitation du braconnage, fragmentation des milieux à l'extérieur du site). En ce qui concerne le projet de route Lastourville/ Mikouyi, en 2016 les autorités gabonaises ont pris la décision de faire dévier lla route, qui devait passer par la Lopé, au profit d’un axe routier longeant la zone tampon orientale du bien.
Relationships with local people
Serious Concern
Selon le décret No 000607/2002/PR/MEFEPCEPN, l’aire protégée comprend le Parc National de la Lopé et des zones aménagées à des fins d’utilisation multiple. L’article 5 du même décret précise : « A l’extérieur du Parc National, sous la même gestion, on distingue ;
 Une zone aménagée à des fins d’utilisation multiple urbaine réservée pour le développement de la ville de la Lopé
 Cinq zones aménagées à des fins d’utilisation multiple villageoises
 Une zone aménagée à des fins d’utilisation multiple fluviale réservée pour l’exercice des droits d’usage coutumier de la pêche ».

Les limites géographies de chacune de ces zones sont également définies par la même disposition réglementaire. La matérialisation de ces limites sur le terrain en 2008 a donné lieu à de vives contestations par les communautés locales. Afin de régler cette situation, une nouvelle identification des zones d’usages coutumiers a été menée en 2010. Le processus de validation concertée des nouvelles limites est en attente de la mise en place du Comité Consultatif de Gestion Local du parc national de la Lopé.
Il existe sept enclaves villageoises situées au nord du Parc national de la Lopé avec un statut ambigu pour les habitants comme pour le parc. Les populations locales sont donc installées essentiellement dans la zone périphérique

La non prise en compte des populations locales dans les emplois générés par le parc, l'hostilité manifestée à l'égard du parc comme résultat de plusieurs années d'approches répressives des agents forestiers et le statut ambigu des enclaves villageoises inscrites dans le site rendent les relations délicates.

Les communautés locales réclament davantage d’emplois dans les activités générées par le parc ainsi qu’un accompagnement soutenu dans le développement et la mise en œuvre de microprojets. Enfin, les cultures saisonnièrement détruites principalement par les éléphants, les aulacodes et les mandrills. (Gabon/CNPN, 2006) (RAPAC, 2007) (WCS/USAID, 2008) (ECOFAC/RAPAC/WCS, 2009)

Après la réalisation du plan de gestion du parc, lors de sa validation par les populations locales, un plan de zonage va être proposé qui va permettre de clarifier les terroirs où vont s’établir les droits d’usage coutumiers. Ainsi les populations locales vont disposer d’un statut clair de leurs enclaves villageois. La mise en place du CCGL, véritable plate forme de populations, va constituer un véritable lieu d’échanges entre le parc et les populations (ANPN 2012).
Legal framework
Some Concern
Le texte réglementaire portant création des terroirs villageois prévoit que ceci soit sous la même gestion que le parc national. A ce jour, aucun texte réglementaire précise l’exercice des droits d’usages coutumiers dans ces zones au statut particulier. Les limites de la zone tampon et la zone périphérique seront précisées par voie réglementaire sur la base des propositions qui devront figurer dans le plan de gestion 2012-2017. Les concessions forestières qui environnent le parc national n’ont pas de plan d’aménagement validé par l’Administration des Eaux et Fôrêts. (ECOFAC/RAPAC/WCS, 2009)

L’administration du parc national de la Lopé avec l’appui technique du WCS a entrepris d’actualiser en 2008 les limites des terroirs prévus dans le décret No 607/2002, portant création du Parc National de la Lopé.
Enforcement
Effective
Bien que les effectifs du parc restent faibles, les missions de surveillance et les patrouilles sont nombreuses et régulières (UNESCO/ICOMOS/IUCN, 2017). Le recrutement avec l’appui de l’Union européenne des 40 gardes supplémenataires sur la période 2017/2018 va contribuer à l’augmentation du nombre de patrouilles et au renforcement de la gestion du bien (UNESCO, 2017).
Integration into regional and national planning systems
Data Deficient
.
Management system
Effective
Un Plan de gestion a été préparé pour la période 2013-2017. Le plan a été réalisé dans le cadre du Projet PAGOS (financement de l'Union Européenne), réactualisé par l'ANPN et validé par le comité de gestion (State Party of Gabon, 2016).
Management effectiveness
Effective
Pour assurer efficacement la surveillance à l’intérieur du parc ou dans sa zone périphérique, le personnel actuellement en poste est nettement insuffisant pour couvrir près de 500000 ha de superficie.
Le parc dans sa stratégie de surveillance entend augmenter ses effectifs d’éco-gardes. Une unité de gendarmes est venue depuis peu augmenter les capacités opérationnelles des éco-gardes pour avoir une force armée répondant à un meilleur armement des braconniers. Ces efforts vont être renforcés cette année par la constitution de patrouilles mobiles et fixes à des endroits stratégiques du parc. (Plan de gestion 2013). Le recrutement avec l’appui de l’Union européenne des 40 gardes supplémenataires sur la période 2017/2018 va contribuer à l’augmentation du nombre de patrouilles et au renforcement de la gestion du bien (UNESCO, 2017). Un nouvel outil pour évaluer l’efficacité de la gestion a été établi et l’accent a été mis sur la résolution du conflit « homme-faune » (UNESCO, 2017).
Implementation of Committee decisions and recommendations
Effective
L'État partie a donné suite à la majorité des demandes et recommandations du Comité (World Heritage Committee, 2017).
Boundaries
Some Concern
Le parc national de la Lopé a été délimité en 2006. En 2011, les ensembles historiques situés au nord du Site Patrimoine mondiale ont également été délimités. Seuls reste à délimiter l’ensemble historique des Monts Iboundii situé au sud-est. Les limites de la zone tampon et de la zone périphérique ont été proposées dans le plan de gestion 2013-2017 du parc national. (ICOMOS/UICN, 2007) (Gabon, 2007)
Sustainable finance
Effective
Le ministère apportait 3 000 euros par an pour payer les salaires et les frais courants (2007). ECOFAC a investi 4,75 millions d’euros depuis 1992, c’est-à-dire environ 450 000 euros par an. Pour la 4ème phase de l’ECOFAC, on envisage une contribution de 3,5 millions d’euros. Pour ce qui est du volet naturel du travail du parc, des ressources sont aussi fournies par la Wildlife Conservation Society et la London Zoological Society qui contribuent à la dotation en personnel du parc.(ICOMOS/UICN, 2007).

Le parc a renforcé son budget d’intervention. Bien qu’insuffisant, le parc souhaiterait investir prêt de 7 milliards de FCFA pour la gestion du parc pour la période 2013-2017 (Plan de gestion 2013) dont 37% consacré à la surveillance et à la lutte contre le braconnage.
Staff training and development
Some Concern
L'équipe permanente de l'ANPN sur le site se compose de 19 personnes qui sont appuyées par les 9 personnes de la brigade de faune, rattachée au Ministère de la Forêt, de l'Environnement et de la Protection des Ressources Naturelles. L'effectif de gestion et de conservation a connu une diminution importante dans la période 2006-2014, diminution qui n'est pas liée à la structure de gestion du bien elle-même, qui a doublé ses effectifs, mais à la réorientation des moyens des organismes partenaires. A la faiblesse numérique des effectifs en place s'ajoute la faiblesse en termes de compétences adaptées aux objectifs multiples du plan de gestion (UNESCO/ICOMOS/IUCN, 2015). Le recrutement avec l’appui de l’Union européenne des 40 gardes supplémenataires sur la période 2017/2018 va contribuer à l’augmentation du nombre de patrouilles et au renforcement de la gestion du bien (UNESCO, 2017).
Sustainable use
Data Deficient
.
Education and interpretation programs
Effective
Des activités d’éducation à l’environnement des communautés locales existent depuis 2006. Un programme permanent est en place avec le Complexe Educatif Docteur Alphonse Mackanga Missandzou (CEDAMM) piloté par la Wildlife Conservation Society (WCS) (ICOMOS/UICN, 2007) (WCS, 2011). Ceci va être renforcé par la mise en place effective du CCGL au cours de l’année qui va regrouper les différentes plate forme (dont celle des villageois) constituant ainsi un véritable lieu de consultation et d’échanges entre le parc et les populations (9% du budget est consacré à ce programme entre 2013 et 2017).
Tourism and visitation management
Effective
La fréquentation touristique était inférieure à 10 visiteurs par jour en 2007(Gabon, 2007)(RAPAC, 2007). En 2012 elle était estimée à 2000 visiteurs par an. Il existe 3 sites d'accueil à proximité immédiate du parc et un écomusée. Deux investisseurs importants vont s’installer dans le parc et ainsi augmenter le nombre de touristes. Ces deux investisseurs (AMAN et SFM) sont des leaders dans l’écotourisme (ANPN 2012). Des activités d’écotourisme donc respectueuses de l’environnement et des populations vont se réaliser sur le site.
Monitoring
Data Deficient
.
Research
Effective
Plusieurs programmes de recherche (Program Great ape and human impact monitoring, Valorisation des patrimoines naturels et culturels, et évolution des peuplements humains sur le temps long en Afrique centrale,...) sont actifs. Aucune information n'est accessible sur les travaux de la Station d’étude et de recherche des Gorilles et des Chimpanzés (SEGC) (RAPAC, 2007.) De nombreux programmes de recherche vont être mis en place par ses partenaires et vont concernés notamment le suivi de la qualité des forêts et des savanes, du conflit homme/éléphant, du suivi de l’état des gravures rupestres (17% du budget de 2013 à 2017, Plan de gestion)
Le fonctionnement du parc repose essentiellement sur les programmes internationaux. Un Plan de gestion a été préparé pour la période 2013-2017. Le plan a été réalisé dans le cadre du Projet PAGOS (financement de l'Union Européenne), réactualisé par l'ANPN et validé par le comité de gestion. L’intervention des partenaires internationaux devra être guidée par ce plan. Pour assurer efficacement la surveillance à l’intérieur du parc ou dans sa zone périphérique, le personnel actuellement en poste est nettement insuffisant pour couvrir près de 500000 ha de superficie. Le recrutement avec l’appui de l’Union européenne des 40 gardes supplémenataires sur la période 2017/2018 va contribuer à l’augmentation du nombre de patrouilles et au renforcement de la gestion du bien.
Assessment of the effectiveness of protection and management in addressing threats outside the site
Some Concern
Les relations avec la population locale sont délicates par manque de leur participation dans les décisions et du fait des dégâts causés par la faune sauvage sur les cultures.
World Heritage values

Interface inhabituelle entre des milieux de savane et de forêt

Low Concern
Trend
Data Deficient
Plusieurs facteurs menacent les valeurs naturelles du site à l'intérieur (braconnage, chasse de subsistance, sciage illégal, tensons avec les enclaves villageoises, route, espèces envahissantes) et à l'extérieur (concessions forestières).

Zone d'intérêt exceptionnel pour la flore des forêts ombrophiles du Congo

Low Concern
Trend
Data Deficient
Plusieurs facteurs menacent les valeurs naturelles du site à l'intérieur (braconnage, chasse de subsistance, sciage illégal, tensons avec les enclaves villageoises, route, espèces envahissantes) et à l'extérieur (concessions forestières). Des programmes de recherche ont été retenus dans le plan de gestion pour l’étude de ces forêts. Un suivi écologique devrait donc s’installer.

Espèces menacées

High Concern
Trend
Data Deficient
Plusieurs facteurs menacent les valeurs naturelles du site à l'intérieur (braconnage, chasse de subsistance, sciage illégal, tensons avec les enclaves villageoises, route, espèces envahissantes) et à l'extérieur (concessions forestières). Les données du recensement de suivi de la faune réalisé par WCS datent de 2006 et elles indiquent des tendances stables des principales espèces (éléphants, grands singes, céphalophes rouges et bleus, etc…). Mais a ce jour, il n’est pas possible d’établir des tendances concernant l’évolution, à la hausse ou à la baisse, des espèces emblématiques du bien (UNESCO/ICOMOS/IUCN, 2015).
Assessment of the current state and trend of World Heritage values
Low Concern
Trend
Data Deficient
Plusieurs facteurs menacent les valeurs naturelles du site à l'intérieur (braconnage, chasse de subsistance, sciage illégal, tensons avec les enclaves villageoises, route, espèces envahissantes) et à l'extérieur (construction d'une nouvelle ligne de chemin de fer, concessions forestières sans plan de gestion). Les valeurs sont encore présentes avec une légère dégradation de tendance stable. Le plan de gestion élaboré prend en compte les différentes menaces auxquelles le parc est soumis. Il prévoit aussi des mesures priorisées, suivant le niveau de la menace, visant à atténuer les menaces et participer à la conservation des valeurs du parc. Le plan court de 2013 à 2017.

Informations complémentaires

Outdoor recreation and tourism
Le Parc national de Lopé-Okanda est l'un des rares sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial comme Bien mixte (29 en 2012) et seulement 5 en Afrique (2012). Il représente donc une occasion unique de découvrir et de comprendre les relations des sociétés africaines et des milieux sur le temps long. Les gravures rupestres autant que la mosaïque savane-forêt sempervirente avec les espèces qui les composent représentent un atout de développement touristique considérable. Les bénéfices sont pour le moment des potentialités qui dépendent de l'accessibilité du site, de sa capacité à contrôler les visites et de l'organisation du tourisme pour un retour des retombées économiques et sociales au profit des populations locales.
Seul le tourisme apparaît comme un bénéfice potentiel pour le site et les populations locales. Les bénéfices dépendent en effet de l'accessibilité du site, de sa capacité à contrôler les visites et de l'organisation du tourisme pour un retour des retombées économiques et sociales au profit des populations locales. La fréquentation actuelle et l'organisation ne permettent pas de parler aujourd'hui de bénéfice. Cependant les prochains investissements, et l’organisation touristique que le parc va mettre en place (Cf plan de gestion 2013-2017), pourraient augmenter le bénéfice pour les populations locales.
Organization/ individuals Project duration Brief description of Active Projects
1 WCS Inventaire botanique de la partie sud du parc Programme d’habituation des petits primates au nord du parc 3ème cycle d’inventaire des grands mammifères de l’ensemble du parc Programme d’atténuation du conflit homme-faune et expérimentation de nouvelles pratiques culturales
2 WCS/ECOFAC Formation au patrimoine culturel
3 ECOFAC IV et V Programmes visant à - encourager le développement durable des ressources locales et de promouvoir l’écotourisme. - produire un Plan d’aménagement de la Lopé - formation
4 WCS Gabon Programme de suivi écologique à long terme des grands mammifères
5 IRD Valorisation des patrimoines naturels et culturels, et évolution des peuplements humains sur le temps long et les interactions paléo-environnements et peuplements humains en Afrique centrale (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, RD Congo)
6 SEGC-CIRMF Station de recherche travaillant sur : 1. la recherche en santé humaine de façon directe (pathologie humaine) ou indirecte (pathologies d’origine biotique – ex. : zoonoses - ou abiotique – ex. : chimique, physique - liées ou non à l’environnement) et la SEGC se place pour cela dans une approche d’écologie de la santé en forêt tropicale ; 2. la formation professionnelle et académique (des guides de terrain au niveau post-doctoral) pour un renforcement des capacités en matière de recherche scientifique de terrain dans la région et de gestion de l’environnement.
7 WCS Gabon Programme de formation CEDAMM Les formations proposées au catalogue 2011: outils de suivi de l’application de la loi ; techniques de suivi écologique ; techniques de vie sur le terrain ; outils et techniques de gestion des ressources naturelles et de développement local ; outils de gestion des aires protégées et des projets de conservation ; les méthodes de gestion des impacts environnementaux.

Références

Références
1 Abernethy & al 1997
2 Bezangoye & al 2009
3 Coad & al 2010.
4 ECOFAC/RAPAC/WCS, 2009, Conservation du Site Patrimoine Mondial Mixte de l’Ecosystème et du Paysage Culturel Relique de Lopé-Okanda : évaluation des enjeux de protection et desbesoins en information, 40 p.
5 Gabon, 2007, Dossier de nomination de "Ecosystème et paysage culturel relique de Lopé-Okanda, 945 p.
6 Gabon/CNPN, 2006, Plan de gestion du Parc national de la Lopé 2006-2011, 65 p.
7 Harrisson 1988
8 ICOMOS/UICN, 2007, Evaluation technique de " Ecosystème et paysage culturel relique de Lopé-Okanda (Gabon)", 15 p.
9 Maisels & al 2006
10 Plan de gestion, ANPN 2012
11 Projet de plan de gestion, ANPN, 2013-2017
12 RAPAC, 2007, Fiche signalétique du Parc national de la Lopé, 19 p.
13 Tutin & Fernandez 1984
14 UNESCO (2017). Report on the state of conservation of Ecosystem and Relict Cultural Landscape of Lopé-Okanda (Gabon). <http://whc.unesco.org/en/soc/3571&gt; Accessed 02 November 2017
15 UNESCO, ICOMOS and IUCN (2015). Reactive monitoring mission report - Ecosystem and Relict Cultural Landscape of Lopé-Okanda. http://whc.unesco.org/document/135390
16 WCS, 2010, Evaluation de la Gestion de la Faune dans les Concessions Forestières des Aires Prioritaires de Conservation des Grandes Singes de Lopé ‐ Waka et Ivindo, 25 p.
17 WCS, 2011, Complexe Educatif Docteur Alphonse Mackanga Missandzou (CEDAMM), Factsheet, 2 p.
18 WCS/USAID, 2008, Délimitation des zones aménagées du Parc national de la Lopé, 31 p.
19 White 1994
20 White 2007.